Diffusion en streaming

Par le 20 janvier 2019

Le streaming est le format de diffusion d’une Webradio qui s’apparente le plus √† la Radio (FM / RNT). Il s’agit de diffuser du contenu en direct, qu’il s’agisse d’enregistrements r√©alis√©s en amont, de musique via une playlist, ou d’une r√©alisation en direct.

Ce mode de diffusion implique une infrastructure informatique assez complexe, qui se doit de fonctionner en permanence, disposer d’une bande passante cons√©quente (dans le sens o√Ļ une simple ligne ADSL ne peut suffire) et √™tre surveill√©e des attaques potentielles. Heureusement, nous le verrons d’ici peu, il existe des solutions d’h√©bergement op√©r√©es par des professionnels. D’autre part, il peut s’av√©rer n√©cessaire de produire du contenu en temps r√©el ; il faudra donc disposer d’un studio et/ou √† minima d’un ordinateur de diffusion de contenus pr√©-enregistr√©s. Nous verrons, l√† aussi, qu’il existe plusieurs alternatives.

L’automate

A la source du streaming, comme il est peu probable que nous ayons la possibilit√© de r√©aliser humainement du contenu 24 heures sur 24, il nous faudra un automate de diffusion (un DJ infatigable et corv√©able √† merci). Il s’agit la plupart du temps d’un ordinateur sur lequel tournera un logiciel d’automation. Il peut s’agir d’un simple lecteur audio piochant des sons au hasard, ou d’un logiciel sp√©cifique d√©di√©, int√©grant des r√®gles de programmation et un calendrier.

Pour la version simple, VLC s’av√®re fiable, Cl√©mentine est un autre choix. Dans ce cas, il faudra pr√©parer un dossier avec les sons, puis les int√©grer √† une liste de lecture qu’on ferra boucler. On peut imaginer ordonner les morceaux ou les jouer de mani√®re al√©atoire. Ces deux logiciels sont gratuits, et fonctionnent sur tous les syst√®mes d’exploitation.

RadioDJPour aller plus loin, et formater la diffusion, on pourra s’orienter vers un automate gratuit : RadioDJ est le logiciel de diffusion radio le plus abouti dans sa cat√©gorie. Il permettra de cr√©er des r√®gles de rotation des morceaux, d’ins√©rer des jingles, de programmer la diffusion d’√©missions pr√©-enregistr√©es et m√™me d’envoyer au serveur le flux audio. Notons au passage que dans ce cas, l’ordinateur peut ne pas disposer d’une carte son, il sera simplement connect√© √† internet.

D’autres solutions, payantes cette fois, existent et permettront plus de souplesse : je ne citerai ici que deux d’entre-elles : Sam Broacaster Pro – le pionnier, et Mairlist, le polyvalent. L’un comme l’autre permettent de g√©rer les rotations, disposent d’un calendrier, int√©grer du voicetrack, et peuvent se suffire √† eux-m√™me, dans le sens o√Ļ ils int√®grent √©galement la possibilit√© de cr√©er le flux, int√®grent un macro-langage de programmation permettant de cr√©er des scripts r√©pondants exactement aux besoin de l’antenne. Dans le cas de Mairlist, il pourra aussi √™tre utilis√© pour les √©missions en direct, se transformant en un v√©ritable assistant : plusieurs lecteurs audio, cartoucheur, gestion du mixage, aide √† la programmation.

Le choix du logiciel d√©pendra donc principalement du format d’antenne qu’on souhaitera, mais seuls les logiciels professionnels permettront de g√©n√©rer un image propre.

Avant de passer √† la suite, arr√™tons nous sur le choix de l’ordinateur. Celui-ci n’est pas forc√©ment un foudre de guerre. Notre attention devra plut√īt se porter sur sa fiabilit√©. Un PC de r√©cup√©ration, d’une ou deux g√©n√©rations pass√©e, devrait parfaitement faire l’affaire. Peut √™tre faudra t-il lui adjoindre un disque dur de capacit√© adapt√©e √† votre discoth√®que, et √©ventuellement une carte son. Pourvu que celui-ci soit en capacit√© d’√™tre maintenu, √ßa fera l’affaire. On privil√©giera tout de m√™me les machine de grandes marques, pour le service qu’on peut en attendre et le suivi des pi√®ces d√©tach√©es. Une derni√®re remarque : le syst√®me d’exploitation. A l’heure de la r√©daction de ces lignes, Windows 10 domine le march√©, la plupart des PC en sont pr√©-√©quip√©, √ßa ne vous aura sans doute pas √©chapp√©. La tentation peut alors √™tre grande d’aller vers une solution alternative, Linux par exemple pour n’en citer qu’une. L’id√©e semble au premier abord s√©duisante, prenant en compte l’aspect libre, open-source, et la gratuit√©. Le frein majeur sera alors l’offre logicielle restreinte, ou une complexit√© extreme dans la mise en oeuvre. Je me doit alors de citer le poids lourd de l’automation radio sur Linux : Rivendell. Il s’agit d’une offre (gratuite) compos√©e de plusieurs logiciels : un automate, un gestionnaire de programme et de librairie, des outils d’administration. C’est sans doute l’offre la plus coh√©rente et compl√®te sur Linux pour une radio associative ou une Webradio, mais la mise en oeuvre n√©cessitera d’avoir sous la main des comp√©tences pointues, tant en syst√®me (maitrise de l’environnement Linux), que pour l’installation et la configuration du logiciel.

Interface d'Airtime

Autre solution sous linux : Airtime. Il s’agit l√† d’un concept s√©duisant, bas√© sur l’utilisation d’un serveur web. L’atout majeur d’Airtime, c’est d’√™tre d√©localisable et utilisable par plusieurs personnes en m√™me temps, sans contrainte de lieu. Il est ainsi possible de g√©rer sa radio de partout, de confier des tranches horaires √† des utilisateurs sp√©cifiques, de partager des contenus facilement. Comme pour Rivendell, la mise en oeuvre est assez complexe pour un utilisateur lambda ; il sera sans doute n√©cessaire de sous-traiter l’installation. Notez qu’une offre ¬ę¬†pro¬†¬Ľ est propos√©e, moyennant finance… Quoi qu’il en soit c’est une solution qui m√©rite d’√™tre √©tudi√©e.

Le serveur de streaming

C’est bon ! Nous avons un automate de diffusion, il faut maintenant rendre publique notre programme (stream). Par analogie avec la radio ¬ę¬†old school¬†¬Ľ – en FM ou RNT – le serveur de streaming sera l’√©metteur de notre web radio. C’est l√† que les auditeurs viendront se connecter pour √©couter notre radio.

L√† aussi, il existe plusieurs solutions pour diffuser sa radio en direct. De la plus simple en faisant confiance √† un prestataire tout-en-un, √† la plus complexe en montant son propre serveur. Le choix sera dict√© par les comp√©tences disponible au sein de la structure. Bien souvent, on choisira de s’appuyer sur des solution cl√©s-en-main, bien que celles-ci aient un co√Ľt plus ou moins √©lev√©. Les op√©rateurs majeurs dans le domaine s’appellent Radioking et Radionomy. L’un comme l’autre proposeront des solutions simples d’utilisation, permettant √† peu de frais de cr√©er assez rapidement sa radio en streaming, allant m√™me jusqu’√† proposer un site web et un lecteur pour mobiles, et se d√©marquent par le paiement des droits d’auteur. Par contre la simplicit√© des offres pourra √™tre une forme de limitation : peu ou pas de possibilit√© de r√©aliser des directs, limite d’upload de fichiers audios (musique, √©mission). Souvent les limites principales sont le nombre de connexions simultan√©es d’auditeurs – ou le nombre d’auditeurs sur une p√©riode donn√©e, et la limitation de la bande passante, souvent limit√©e √† 128Kb/s, ce qui de nos jours n’est plus pleinement satisfaisant. Ces deux facteurs de limitation se retrouvent √©galement chez la plupart des h√©bergeurs de stream. Cette deuxi√®me cat√©gorie d’acteur ne proposent pas de services autres que le serveur de streaming. C’est la solution interm√©diaire entre le tout-en-un de Radioking et Radionomy, et le serveur personnel d√©di√©. Le mastodonte de cette cat√©gorie est Infomaniak, soci√©t√© Suisse implant√©e sur ce march√© depuis le d√©but des ann√©es 2000.

Pour terminer, mais demandant des comp√©tences en gestion syst√®me et r√©seau, c’est de g√©rer soi-m√™me son propre serveur. Oui, c’est possible, mais pas forc√©ment accessible √† tous. Malgr√© de nombreux points n√©gatifs √† mettre dans la balance du choix, c’est une solution qui peut s’av√©rer √©conomique et versatile. Quand je dis √©conomique, je ne parle pas du temps, mais strictement financier (il est possible aujourd’hui de louer des serveurs pour quelques euros par mois), si tant est que la gestion technique reste au sain de l’√©quipe.

Et c’est tout ?

Non ! Car il faudra en fonction de la solution retenue, une connexion √† internet la plus stable possible, un local pour entreposer les machines. Il va sans dire qu’on pourrait √©galement prendre en compte la consommation √©lectrique et le temps homme n√©cessaire √† la mise en place et la maintenance du syst√®me.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Continuer la lecture

Article précédent

Webradio : le format


Miniature
Vous écoutez :

.-.